mercredi 5 juin 2019

Le Petit St Bernard et le Cormet de Roselend

Harley c'est pas une enseigne de grande distribution style Lidl, j'en ai encore fait l'expérience ce matin. Ici pas de prix cassés, pas de supers promos, rien que de pousser la porte d'entrée tu en prends déjà pour 100€. Mais voilà fallait bien que je le change ce pneu avant car on commençait à voir à travers, cette histoire m'a couté mon bras gauche, j'avais déjà perdu le droit pour l'achat du pneu arrière, ça ne va pas me faciliter la conduite tout ça.



Avant de repartir le chef d'atelier m'a gentillement rappelé que le pneu étant tout neuf il ne fallait pas rouler comme un goret tout de suite l'adhérence étant altérée par la petite couche de paraffine qu'on met en sortie d'usine pour protéger la gomme. Et il a raison le bougre, vu le prix du machin ce serait ballot de tomber tout de suite!!!
En rentrant chez moi je me suis demandé si j'allais oser rouler avec la bécane ou si je n'allais pas la stocker directement dans mon garage comme un petit trésor... Privilégié diront certains, gros couillon penseront les autres, je balance régulièrement entre les deux propositions, selon mon humeur.


- "Plaie d'argent n'est pas mortelle..."  Moi je trouve qu'il n'y a rien de tel qu'une bonne vieille citation pour relativiser les choses. Oh pis ça va, il va pas non plus nous plomber l'ambiance avec sa roue, il reste encore un peu de cash pour mettre de l'essence dans la machine?? Oui, alors pour fêter ça et pour tester cette nouvelle chaussette je vais aller faire un tour, un grand, dans les Alpes. Je vise cette destination depuis que j'ai vu un reportage sur l'ouverture du col du Petit St Bernard à la télé, je connais cet endroit pour y être passé au mois d'aout, période de l'année ou le haut du col est aussi sec que le cœur d'un militant du RN.... Mais à cette époque en juin il y a encore beaucoup de neige et j'espère que ça donnera un petit coté aventure hivernale à ma sortie. Je surveille les prévisions météo depuis deux trois jours et mercredi semble bien être "The Day", mais méfiance quand même car en quelques jours d'intervalle les prévisions météo sont passées du plein soleil aux orages, pour finir juste avant de partir à un temps plutôt mitigé. De toutes les façons pas de soucis s'il pleut, depuis que je suis rentré d'Espagne je n'ai pas encore réussi à faire une sortie avec Harlette sans me faire doucher, moi qui ne suis plus tout à fait étanche...
Rien à dire jusqu'à Alberville j'avais autoroute. A si quand même, je voulais faire une photo des sommets enneigés des Alpes vu de loin et pour ça il y a une aire qui va bien un peu après Bourgoin, et j'en rate l'entrée à chaque fois par manque d'attention, et ce coup ci n'a pas fait exception... Dommage avec la jolie lumière qu'il y avait et le zoom de ouf que j'avais pris exprès, j'aurais peut être réussi la photo... je n'ai même pas osé le demi tour sur l'autoroute. Vraiment je vieilli...


Je dois grimper tout là-bas, là où il y a de gros nuages...

Petit chocolat chaud à Moutiers pour renouer avec la tradition, ça faisait longtemps. Ben oui en Espagne il ne faut JAMAIS commander ce genre de boisson à moins d'aimer se retrouver avec un truc qui a la consistance d'un jelly et le goût de cacao périmé. La vrai route, celle qui va me permettre de prendre un peu d'angle commence maintenant. A Boug-St-Maurice je prend direction L'Italie, de toute les façons pas moyen d'y échapper, de l'autre coté le col de l'Iseran est encore fermé. Dés les premiers kilomètres de grimpette Harlette remonte dans mon estime. C'est sur que ce n'est pas sur l'autoroute qu'elle va me bluffer cette bécane, mais est ce un mal?? Là dans la montagne, après chaque virage, à chaque relance, le bruit rauque du moulin et ses vibrations me donnent l'impression de chevaucher un monstre de puissance, faut juste pas poser les yeux sur le compteur de vitesse et surtout faut ignorer les insolents en ZXR machin qui me doublent sans vergogne.
A la Rosière j'ai du faire une halte photo en urgence car en jetant un œil dans le rétro, j'ai eu mal aux yeux en voyant d'un coup le panorama derrière moi.


Belle vue sur la station de ski des Arcs

Encore une quinzaine de bornes avant d'arriver au col. Je suis de plus en plus sensible à la petite fraîcheur qui s'insinue sous mon blouson. A la sortie de la ville je me fais doubler par un mec en tee-shirt sur une 1200GS... Coup de frime pour faire une photo, bouffées de chaleur, ou alors ils ont le chauffage sur ces machines teutonnes, moi j'hésite à mettre le haut de ma combi de pluie car je commence à me les geler, mon coté féminin sans doute.
Des pauses je vais en faire beaucoup pour les photos. Avant d'arriver en haut une petite dernière, pour la route, et là un Italien en 1200GS (sur les routes des alpes y'a plus de BM 1200GS que de marmottes!!!) s'arrête en catastrophe à coté de moi, j'imagine déjà un scénario genre "bike jacking" mais là clairement avec la super meule qu'il conduit il aurait carrément perdu au change l'ami. Non le mec voulait seulement me proposer de faire une photo, sympa non??

Un petit kilomètre avant le col, même pas eu le réflexe d'enlever le casque, merci l'ami

Au col il n'y a pas bien le moyen de s'arrêter et de flâner comme en plein été. La neige recouvre tout et la flotte ruisselle de partout, mais y'a quand même moyen de prendre quelques clichés. Je suis étonné de constater qu'en semaine il y a un nombre de bécane impressionnant là-haut, beaucoup d'allemands, des italiens bien sur et j'aperçois même deux espagnols sur une vieille Yam XJR 1300 qui font des selfies, chic je vais leurs proposer mon aide ça me donnera l'occasion de dérouiller mon espagnol. Avant d'arriver à leur hauteur je me rend compte que les deux mecs communiquent entre eux en utilisant le langage des signes, j'hésite et fais finalement demi-tour.

Le col est ouvert depuis un peu plus d'une semaine

Lorsque les machines de déneigement françaises et italiennes se rejoignent c'est l'occasion de faire la fête

L'ancien poste de douane, abandonné depuis un bon bout de temps. J'espère qu'il va le rester !!!

C'est pas tout mais j'ai faim... et froid. Mon avenir proche se dessine lentement dans mon cerveau, et il a la forme d'une belle pizza accompagnée d'une bière fraiche. Direction Bourg St Maurice sans plus tarder j'ai en projet de monter ensuite au Cormet de Roselend qui lui aussi est déneigé depuis peu.
J'ai trouvé ma cantine du jour en ville et j'ai mangé avec un mec bien bavard qui possède une vieille 750 Four, une Honda pour les plus jeunes. Moi dans ma jeunesse j'ai roulé pendant quelques années sur sa petite sœur la CB500 Four, forcement ça crée des liens. On s'est échangé nos 06 et à la clef y'aura peut-être une sortie rétro.

Une des seules photos que je possède de cette époque
 Avec tout ça j'ai pris du retard sur mon programme. Pas grave, les rencontres et les échanges sont la base même de l'esprit motard. La montée sur la D902 en sortie de Bourg St Maurice est jolie mais assez étroite et avec pas mal de trous et de bosses. Je dois y emmener mon fils cet été avec sa sportive, il va s'amuser je pense. Moi je me verrai bien essayer une moto moins typée, genre trail de moyenne cylindrée. Ce doit quand même être bien plus maniable que cette américaine un tantinet grassouillette.


Col de Roselend, comme à chaque fois il faut prendre son tour pour pouvoir faire la photo qui va bien


La chapelle à été reconstruite lors de la mise en eau du barrage, l'originale est au fond de l'eau

Le Beaufortin est vraiment magnifique à traverser en bécane


Juste pas toujours facile à s’arrêter pour la photo



Retenue artificielle de Roselend, un peu à sec... Vidange du barrage ???


Marrant ça, ici je me suis arrêté pour mettre ma combi de pluie, ce que ne rend pas du tout cette photo

Avant d'arriver au petit village de Beaufort j'ai pris la flotte. Des grosses gouttes qui m'ont obligé à stopper pour mettre ma combi de pluie. Évidemment trois kilomètres plus loin c'est le retour du grand soleil, impossible donc de la garder sur le dos, je fais un nouvel arrêt à coté d'un beau troupeau de vaches Tarines, les vaches de cette région, elles ont la peau mate (celles que je préfère) et résistent bien au climat rude de la montagne, ce sont celles qui donnent le lait pour les fromages du coin. Et devinez quoi??? Je suis reparti en oubliant de les photographier. Ah la vache, quel goujat je fais.
Et puis j'ai repris la route d'Albertville, un peu triste à l'idée de quitter tous ces chouettes paysages, il me reste encore 160 bornes d'autoroute pour repenser à toutes ces belles images, 160 kilomètres à faire sous un soleil agressif en pensant déjà à la prochaine sortie qui se fera en Espagne où je vais retrouver le mammouth qui j'espère m'aura attendu sagement.
Et le nouveau pneu dans tout ça, il accroche? il vaut son prix? Et si je vous disais que je n'y ai même pas pensé une fois? c'est pourtant pas par manque de virages, mais faut pas me mettre dans des paysages de fous et me demander de m’intéresser à un bout de caoutchouc. La moto pour moi c'est autre chose que des performances, et puis avec une Harley l'avantage c'est que même en roulant comme un poireau tu as toujours l'impression d'être à la limite tant ça gigote sur la route et ça frotte vite dans les virages, mais je l'aime.
Pas pour rien que c'est une moto de vieux :-) :-)

dimanche 12 mai 2019

El Cabo de Gata

El Cabot de Gata c'est un parc naturel situé sur la côte andalouse à une trentaine de kilomètre à l'est d'Alméria. La réserve est vaste, et bien sûr ça parait un peu prétentieux de n'y consacrer qu'une petite journée pour la visiter, d'autan que pas très loin se trouve le désert des Tabernas dans lequel on a aussi très envie d'aller faire un tour. Avec les 300km de route nécessaires pour faire l'aller et le retour ça promet une bonne journée de roulage.


Alors vous venez avec nous?? Il reste un peu de place sur le topcase de la moto. Vous verrez, vous ne serez pas déçus, sinon c'est certain vous allez encore rester à tanquer devant votre télé, ce serait dommage...

samedi 27 avril 2019

Une descente en Andalousie

L'Andalousie c'est beau mais c'est loin. Enfin tout dépend du moyen de transport. Par exemple en avion le voyage Lyon-Malague dure moins de deux heures, c'est rapide et pas très cher à condition de bien choisir son vol. Alors pourquoi vouloir y aller à moto?? Mais pour le plaisir de rouler bien sûr. Je suis comme de nombreux motards, la destination n'est qu'un prétexte, une incitation à sortir la bécane, le vrai plaisir c'est quand on s'y rend.


Je suis un adepte du "go slow" alors je me suis préparé un petit itinéraire qui devrait tenir ses promesses au niveau du nombre de virages et du temps passé sur la bécane. Une vraie cure de jouvence.

jeudi 28 mars 2019

Les Gorges de la Loire

Pas nécessaire de partir à l'autre bout du monde pour se faire plaisir à moto !! Combien de fois j'ai lu cette phrase dans les magazines spécialisés. En général je n'adhère que mollement à ce principe car je me dis que la France la moto et moi c'est quand même une histoire de presque 45 ans, alors ajouter un peu d'exotisme à mes escapades ne nuirait surement pas à ma libido motocycliste.



Et puis voilà que je tombe sur un blog dans lequel l'auteur nous parle des Gorges de la Loire. Elles se trouvent sur une petite portion du fleuve entre les villes de Firminy et le Puy en Velay, un coin du département où je n'ai encore jamais posé mes roues... Une erreur que je vais m'empresser de réparer aujourd'hui.

vendredi 8 mars 2019

Le Women Riders World Relay 2019

Vous êtes une femme et vous aimeriez bien vivre une belle aventure à moto, alors j'espère que vous vous êtes inscrite pour une étape du "Women Riders World Relay". Cet évènement a démarré depuis un peu plus d'une semaine et plusieurs motardes ont commencé à faire passer le témoin sur la route qui le conduira de pays en pays tout autour du monde. Il y a un objectif à ce défit, montrer aux industriels que les femmes à moto ne sont plus destinées à n'être que des passagères.


Cet évènement international a été initié par un groupe de motardes britanniques lassées de constater que les femmes sont toujours autant négligées dans le monde de la moto.
Elles espèrent ainsi attirer l'attention des constructeurs, des équipementiers et leur montrer l'important potentiel qui est présent derrière la moto au féminin.
Concrètement le challenge est ambitieux, c'est une motarde anglaise, Hayley Bell, qui a lancé cette action sur les réseau sociaux en 2018. Il s'agit de faire traverser à un relai, (le bâton) les cinq continents en passant par un maximum de pays. Les organisatrices de cet évènement ont su fédérer plus de 14000 motardes à travers le monde, ce sont elles qui achemineront le relai étapes après étapes tout autour du globe. Le parcours a été tracé en fonction des bonnes volontés de chacune dans chaque pays. Il n'y a qu'une gardienne du bâton à chaque étape, elle doit emmener le relai à la gardienne suivante en respectant un timing établi à l'avance et ce quelque soit la météo. Elle peut évidemment, et c'est même essentiel pour ce genre d'évènement, être accompagnée pendant son parcours par plusieurs autres équipages qui la soutiendront, la solidarité et le partage étant les valeurs fondatrices de cette aventure. Ce ne sera pas les seules d'ailleurs, Miss Hailey Bell en a listé trois autres qui seront importantes pour mener à bien cet évènement, l'audace, le courage, l'inspiration. 




Le bâton (relai) qui fera le tour du monde  (copie d'écran du compte instagram  @womenridersworldrelay)




Voici les étapes qui sont prévues:

Février 2019
Écosse
Mars 2019
Irlande, Pays de Galles, Angleterre, France, Espagne, Portugal, Andorre, Italie, Slovénie, Croatie, Bosnie-Herzégovine, Monténégro
Avril 2019
Albanie, Macédoine, Serbie, Hongrie, Slovaquie, Pologne, République tchèque, Autriche, Liechtenstein, Suisse, Allemagne, Luxembourg, Belgique, Pays-Bas
Mai 2019
Danemark, Suède, Norvège, Finlande, Russie, Estonie, Lettonie, Lituanie, Biélorussie, Ukraine, Roumanie
Juin 2019
Bulgarie, Grèce, Turquie, Iran, Pakistan
Juillet 2019
Inde, Népal, Bangladesh, Myanmar, Laos
Août 2019
Vietnam, Cambodge, Thaïlande, Malaisie, Singapour, Indonésie, Australie
Septembre 2019
Nouvelle Zélande, Canada
Octobre 2019
États-Unis, Mexique, Belize, Guatemala, El Salvador, Honduras, Nicaragua, Costa Rica
Novembre 2019
Panama, Colombie, Équateur, Pérou, Bolivie, Chili, Argentine, Uruguay
Décembre 2019
Paraguay, Brésil, Afrique du Sud, Namibie, Botswana
Janvier 2020
Zimbabwe, Mozambique, Tanzanie, Kenya, Oman, Émirats arabes unis


En France le relai arrivera le 10 mars à Boulogne sur Mer. Il est prévu 3 étapes avant de passer le témoin aux motardes Espagnoles de San Sebastian, nous serons alors le 13 mars. Le trajet du relai passera de nouveau par notre pays à partir du 22 mars, en direction cette fois de l'Italie. Deux étapes suffiront pour relier Andorre à Menton, nous serons alors en compagnie des motardes italiennes.
Cette aventure sera bien sur largement relayée sur les réseaux sociaux, Facebook, Instagram, il y a même un site Web qui permet de suivre l'avancée du relai comme si vous étiez sur les motos.

Instagram : @womenridersworldrelay


L'équipage de la première étape qui s'est déroulée en Ecosse  (copie d'écran du compte instagram  @womenridersworldrelay)



Ce type d'évènement me fascine, je vous envie tellement mesdames de pouvoir participer à une si belle aventure. Mais une question ne manque pas de me faire réfléchir. Serais je devenu motarde si j'étais né femme? Car s'il est vrai que le marché de la moto est toujours très tourné vers une clientèle masculine, encore faudrait il que les femmes ne soient pas exclues de ce milieu avant même d'y entrer. Car dans ce domaine les préjugés sexistes sont encore tenaces, même dans nos sociétés occidentales. Le nombre de femmes qui possèdent et conduisent une moto est encore trop faible, il faut changer tout ça. Des initiatives commo le Women Riders World Relay 2019 pourraient bien être des armes de "dématchisation" massive, motardes et motards de tous bords multiplions les.